24 Fév 2018

Vivre en Maremma

0 Comment

Aux alentours de l’agrotourisme Casetta Tartuchino, a été découverte la première ferme étrusque décrite dans un travail archéologique, ce qui démontre que

Mais, à cause la malaria, la vie était très dure.

 

Tutti mi dicon Maremma, Maremma…
Ma a me mi pare una Maremma amara.
L’uccello che ci va perde la penna
Io c’ho perduto una persona cara.

 

(Tout le monde me dit Maremma, Maremma…
Mais à moi il me semble bien une Maremma amère.
L’oiseau qui s’y rend en perd ses plumes

Moi j’y ai perdu une personne chère)

 

Ainsi résonnait la chanson du XIX siècle au temps des assainissements des marécages. La côte était infestée depuis toujours par le paludisme: à l’origine de l’assainissement de la zone de Castiglion della Pescaia, la douleur du Grand- duc Leopoldo di Toscana suite à la mort de son grand-père. Les projets de l’ingénieur Ximenes visant à faire bouger les eaux virent les jour, empêchant les moustiques de se reproduire en déposant les œufs. Ensuite d’autres systèmes de drainage par des canaux et des plantations d’arbres qui consomment beaucoup d’eau (principalement pins et eucalyptus) ont suivi.

 

L’Ente Maremma

 

La nette amélioration des conditions de vie est apparue avec la reforme agraire de l’organisme Ente Maremma, qui a attribué aux paysans les terres reprises aux grandes propriétés, en leurs donnant de vraies habitations : sur nos collines se trouve beaucoup de maisons construites selon le projet de l’Ente Maremma, avec un four à bois, une étable au rez-de-chaussée et la maison au premier étage avec un escaliers à l’extérieur pour monter.

J’ai trouvé une vidéo  intéressante sur la période qui a suivi la réforme agraire.

La réforme agraire a beaucoup changé la vie à la campagne et cette vidéo paraît très loin dans le temps. La Maremma est de nos jours une terre douce, tout ayant réussit à conserver sa pureté un peu sauvage.

 

La terre est « basse » ?

La densité de la population est encore aujourd’hui très faible, même plus faible qu’avant: dans les domaines comme le Tartuchino vivaient des familles très nombreuses et chacun avait un rôle bien définit dans la gestion du domaine. De nos jours il est plus difficile que les jeunes décident de vivre à la campagne : s’il peuvent ils vont vivre à la ville. Travailler la terre c’est désormais beaucoup moins fatiguant, mais elle est encore comme on dit « basse », dure à travailler.

A l’inverse souvent des jeunes nés en ville, où les opportunités de travail ont diminuées, pensent de se transférer à la campagne, pour avoir des rythmes plus sains et naturels.

Comme je les comprends !

 

 

[top]
About the Author